Comment intégrer efficacement la neuropédagogie dans sa formation ?

L’efficacité d’une formation repose en partie sur la qualité de son contenu.

Mais à quoi bon passer des heures à peaufiner son projet si finalement les apprenants décrochent et n’en retiennent pas grand-chose ? Il vous manque en effet un ingrédient que seule la neuropédagogie peut vous fournir. Découvrez comment intégrer pas à pas la neuropédagogie dans votre programme de formation.

Qu’est-ce que la neuropédagogie ?

La neuropédagogie permet de mieux comprendre les mécanismes de mémorisation du cerveau pour adapter les formations et renforcer l’efficacité de l’apprentissage.

Cette discipline est composée de trois branches principales :

● Les neurosciences – étude de l’ensemble des connaissances et des recherches sur le système nerveux ;
● La psychologie ;
● La pédagogie.

Puisque ce sujet vous fascine tant, nous vous proposons de découvrir les raisons qui suscitent un tel engouement autour de la neuropédagogie.

Pourquoi associer neuropédagogie et formation ?

Comme nous l’avons vu en haut, la qualité du contenu ne sera pas aussi décisive si les informations ne sont pas bien structurées et diffusées.

L’« ordinateur » humain (le cerveau) est la plus incroyable des machines de tous les temps. Il a fallu des millions d’années pour que nous ayons aujourd’hui un esprit d’un telle portée.

Vous vous demandez certainement où je veux en venir ?

En bon concepteur pédagogique, notre but ultime vise à ce que nos apprenants puissent assimiler parfaitement le contenu d’une formation et mettre ce dernier en pratique dans la foulée.

C’est dire l’importance d’explorer le fonctionnement cérébral en situation d’apprentissage afin de faciliter l’intégration de l’information.

En outre, la neuropédagiogie peut être l’outil ad hoc pour contrer le problème de l’infobésité qui ne cesse de faire des ravages. Le web est devenu un véritable capharnaüm et tout le monde ne peut pas digérer la masse astronomique de données.

Ce qui, à la base, devrait être utile pour stimuler les facultés cognitives perd tout son sens.

Nous ne devons pas nous contenter de créer du contenu, mais trouver des solutions qui donnent envie d’apprendre. De nombreux formateurs se lancent dans la création sur un coup de tête, alors qu’ils ne savent pas eux-mêmes comment faire pour que l’information ne soit pas diluée dans l’esprit des apprenants.

Une mise à niveau s’impose !

4 principes clés de la neuropédagogie pour un apprentissage facile et réussi

1/ Bien définir ses objectifs et les communiquer

« Celui qui n’a pas d’objectif ne risque pas de les atteindre », Sun Tzu.

Pour bien préparer le contenu de votre formation, il est important de définir correctement les objectifs du programme de formation.

Loin de moi l’idée d’enfoncer une porte ouverte, mais moins de 20 % de concepteurs pédagogiques fixent clairement leurs objectifs.

La taxonomie des objectifs est un moyen reconnu pour classifier ceux-ci en plusieurs catégories. En bref, il s’agit de décomposer votre objectif global en 4 objectifs partiels et de le structurer par rapport à ces contenus.

Surtout, veillez à ne pas rajouter des éléments pour ne pas surcharger cognitivement le cours.

Définir ses objectifs est une chose. Vous devez ensuite le communiquer pour bien positionner votre sujet et que vos apprenants se retrouvent dans ce que vous leur enseignez. Cela leur permettra aussi d’enregistrer les informations nécessaires pour les aider à atteindre le but du cours.

2/ Respecter la charge cognitive de l’humain

C’est un point essentiel !

La mémoire à court terme (MCT) est celle qui permet de retenir une quantité limitée d’informations en un temps relativement court, a une durée d’environ 18 secondes.

Votre contenu doit donc être pensé pour respecter la charge cognitive de l’humain. L’objectif est d’amener le contenu de formation dans la mémoire à court terme de l’apprenant de manière à ce qu’il puisse être transféré facilement dans la mémoire à long terme.

Votre mission en tant que formateur responsable est de réduire autant que possible la charge cognitive de l’apprenant.

Pour faciliter l’apprentissage de votre formation, voici quelques conseils :

● Limiter le texte présent à l’écran à 5 items, 7 maximum ;
● Utiliser des visuels clairs et séduisants, plutôt que les listes à puces ;
● Privilégier les formats courts ;
● Travailler la formation selon un timing d’une dizaine de minutes par contenu, et ponctuées de pauses.

3/ Impliquer l’apprenant en créant de l’émotion autour du contenu

Quel que soit le format utilisé pour la formation, tout se joue sur les émotions.

Auriez-vous envie d’écouter quelqu’un qui parle d’une voix monotone ? Mais si son contenu est parfait, serait-ce suffisant ?

Plusieurs solutions sont envisageables pour renforcer l’attention du public cible et améliorer la rétention de l’information.

Utiliser le storytelling permet de captiver l’attention et l’impliquer émotionnellement. Ou encore, proposer une formation vivante et dynamique en offrant la possibilité à l’apprenant d’interagir.

Certains formateurs utilisent même des jeux. D’autres n’hésitent pas à créer l’effet de surprise ou encore l’urgence qui favorise la mémorisation et influence le comportement.

La variété (les méthodes, les typologies de slide…) fonctionne bien également.

4/ Utiliser la répétition

Vous devez certainement envisager de mettre en place tout ce que vous avez appris pour créer le meilleur programme du monde.

Que ce soit une réunion ou une formation, il vous faut revenir sur les éléments essentiels pour que les points abordés s’inscrivent plus facilement dans les acquis de l’apprenant.

L’objectif de cette dernière étape est de faire en sorte que l’information véhiculée ne soit pas noyée après la session. Et en même temps, cela allège la charge cognitive.

Les méthodes de rappel peuvent varier selon le programme et les objectifs. En voici quelques exemples :

● Un feed-back ;
● Un compte rendu ;
● Une évaluation (à chaud ou à froid) ;
● Une vidéo complémentaire ou support imprimé.

Vous êtes maintenant prêt à intégrer cette discipline dans votre stratégie de formation.

La neuropédagogie au service de votre formation

Compte tenu des multiples possibilités qu’offre la neuropédagogie, vous avez tout à gagner à intégrer cet outil dans votre projet de formation.

Pour résumer en 1 phrase cet article, voici notre conseil :

Créez des contenus de formation bien structurés, clairs, séduisants, mais surtout qui respecteront le cerveau de chaque apprenant.

Voilà qui devrait bien résumer votre mission pour vos prochaines formations. La balle est désormais dans votre camp.

Pour aller plus loin, suivez notre prochaine session de formation « Initiation à la neuropédagogie ».

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *