Je déclare la guerre à la surcharge cognitive

Aujourd’hui, nous allons parler des conséquences négatives causées par la surcharge cognitive. En effet, nous constatons que le taux de mémorisation des apprenants a tendance à diminuer lorsque le cerveau reçoit un nombre important d’informations.

Qu’est-ce que la surcharge cognitive ?

Depuis des années, je suis fasciné par cet organe incroyable qu’est notre cerveau. Celui-ci nous offre une étendue de possibilités malgré sa limite liée à la mémoire de travail et en l’occurrence, à la surcharge cognitive. 

On parle de surcharge cognitive lorsque la capacité de stockage en mémoire de travail est saturée. Cela empêche le traitement de nouvelles informations, ce qui bloque donc l’apprentissage. La surcharge cognitive représente alors l’un des problèmes majeurs à prendre en compte en pédagogie

Comment réduire son impact sur notre cerveau ?

Il existe heureusement de nombreuses astuces pour pouvoir y remédier. Aujourd’hui je vais vous en partager quelques-unes, notamment celles liées aux neurosciences :

  1. Il faut focaliser l’apprenant sur une unique tâche. En effet, bien que nous pensons être capables de faire plusieurs choses à la fois, notre cerveau n’est pas aussi efficace en mode multi-tâches. Il est donc plus productif de réaliser une tâche à la fois.
  1. Lorsqu’il s’agit de méthodes magistrales, le fait de ralentir le rythme peut être bénéfique pour la mémorisation de l’apprenant. Ce dernier aura le temps de comprendre l’information pour mieux l’analyser, étant donné qu’il n’en sera pas surchargé.
  1. Lors de la conception de contenus pédagogiques, le fait d’aller à l’essentiel et d’éviter le syndrôme de l’expert va également empêcher notre cerveau d’être surchargé. Je sais à quel point nos experts sont généreux et ont envie de partager leurs connaissances. Malheureusement, leur générosité est souvent contre-productive. Il est donc très important de se limiter aux informations essentielles.
  1. Une autre astuce en e-learning est d’utiliser une communication multi-modale : l’apprenant retrouvera sur son écran la vidéo d’un expert avec des compléments de textes ou de visuels. 
  1. Je vous invite aussi à réduire le texte sur vos écrans et à utiliser un maximum de visuels. Le cerveau est rapidement surchargé lorsqu’il n’y a uniquement du texte.
  1. Je vous conseille de supprimer tous éléments pouvant distraire l’apprenant (téléphone, mail…). Mais de le faire également sur la partie conception des contenus pédagogiques (bandeau powerpoint, logo…).
  1. Et enfin, si vous devez former un apprenant sur un processus complexe, il est indispensable de décomposer étape par étape votre contenu, afin que celui-ci soit le plus digeste possible.

J’espère que ces différentes astuces vous seront utiles et permettront de garantir un meilleur taux de mémorisation pour vos apprenants. Indiquez-moi en commentaire si vous utilisez certaines que j’ai évoqué ou si vous en utilisez d’autres.